À propos de la corneille

Un mouton repu d’informations non vérifiés, de spots publicitaires mensongers et de relations biaisées par les codes de la société qu’il n’a jamais transgressés de peur d’être mis de côté, se demanda un beau matin s’il devait encore suivre le troupeau de ovins toujours prêt à avaler la moindre information sans s’encombrer de la moindre réflexion.

“Bête à foin, lança le fermier, vient tout doux te laisser exploiter pour un moindre salaire et un emploi non qualifié. Continue à consommer sans te poser de questions. Ainsi tu fermes ta gueule et dans ma poche rentre le pognon.”

Notre mouton bien las d’être pris pour un con et se sentant pousser des ailes sans savoir comment faire pour s’envoler, rencontra un beau matin Mme la Corneille.

“ Qu’avait-vous M le mouton, nous feriez-vous une petite dépression? “

“ Comment sauriez-vous comprendre mon désarroi vous qui vivait sans vous en faire, sans foi, ni loi. »

“ Que vous dire, mon docile ami, si vous laissez tricoter la laine sur le dos jusqu’à présent vous semblez la meilleure solution, il ne tient qu’à vous d’avoir plus de raison. Les règles du jeu sont dans les mains de celui qui décide de ses lendemains. Alors si vous ragez qu’on vous la fasse à l’envers il va falloir que vous ôtiez vos oeillères.

Pensez par vous même et ne laissez plus personne vous dicter votre idéal. Et puis ouvrir un peu votre gueule ne vous fera pas de mal. “

Le mouton se dit qu’il y aurait des embûches, des fermiers mécontents et qu’il serait seul dans sa lutte. Mais de son cerveau il ne ferait plus jachère, il était trop tard pour faire marche arrière. Il découvrit qu’un peu partout des oiseaux dit nuisibles rendait la tâche difficile aux bien-pensants et aux imbéciles. De sa plume ou de de son ordinateur le mouton partagea ses peurs, sa vision du monde et ses bonheurs.

Bienvenue sur la page de la corneille !

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑