Besoin de changement : À 40 ans tout est encore possible

Je ne dis pas seulement ça, car je vais bientôt arriver à l’âge fatidique qui me fera basculer dans la deuxième partie de ma vie. Je me suis levée un matin la peur au ventre, le cerveau angoissé.

Je vais bientôt avoir 40 ans !

Ai-je perdu mes années de jeunesse en futilité ?

Ai-je vraiment construit la vie que je désirais ?

Est-ce que j’ai réalisé mes rêves, assouvi mes passions, construit la vie qui me ressemble ?

Bref, la crise de la quarantaine pointait le bout de son nez et avec elle, une envie subite de dévorer des tablettes de chocolat cachée sous ma couette en relisant du Jean Paul Sartre. Oui, je sais, il y a mieux pour se remonter le moral que de voir ses hanches doubler de volume en clamant que « L’enfer, c’est les autres ».

Réflexion pour plus tard : pourquoi le regard de l’autre est si important pour notre construction ?

Mais 40 ans, c’est le bel âge, je vous assure. Mieux qu’à 20 ans où tout juste sorti de l’adolescence, vous vous lancez dans la vie d’adulte plein de fougue, plein de rêve, mais sans aucune expérience, sans un brin de sagesse. Tout est possible à 40 ans et se serait bien dommage de ne pas en profiter.

Changer de carrière professionnelle

Je n’ai pas attendu la crise de la quarantaine pour explorer plusieurs voies professionnelles. Comme je n’ai jamais su vraiment ce que je voulais faire, je suis toujours très enthousiaste à embrasser une nouvelle carrière. Là où çà se gâte, c’est qu’une fois appris tout ce qu’il faut savoir, je m’ennuie. Pas facile alors de se lever le matin pour rejoindre encore ce même bureau où j’effectuerai les mêmes tâches avec les mêmes personnes.

Malgré tout, j’ai toujours eu un fil conducteur : l’écriture. Petite, je me voyais auteur-archéologue-coiffeuse- le matin et maquilleuse pour le cinéma l’après-midi. Un emploi du temps bien chargé qui a fini par un BTS en commerce parce que… Ben, je ne sais pas trop en fait.

Aujourd’hui, j’envisage de vivre de ma plume. Parce que oui, il y a des métiers qui existent et qui permettent de dégager un salaire.

Alors je vous passe les détails sur mes doutes, mes angoisses, mes « et si », mes « à quoi bon ».

Je crois qu’il faut se lancer, mais pas n’importe comment :

Se poser les bonnes questions

Mieux vaut réfléchir à ses choix qui parfois engagent toute la famille comme envisager de partir élever des chèvres dans le Larzac.

Avoir envie de faire plein de choses, c’est surtout ne rien faire à fond. Un petit bilan de compétence m’a permis de mettre au clair mes envies, mes besoins, de connaître les formations et les métiers que je peux envisager. Il est possible d’avoir cette réflexion seule, mais j’avais besoin d’être accompagnée pour canaliser ce trop-plein d’idées.

Suivre une formation

Écrire pour soi, c’est bien. Écrire pour les autres, c’est mieux. Et ça ne s’improvise pas comme l’élevage de chèvres d’ailleurs.

Philippe Estchebest le dit « être restaurateur, c’est un vrai métier, il y a une différence entre cuisiner pour sa famille même nombreuse et une salle remplie de client ». C’est un chef étoilé. J’ai tendance à écouter les personnes qui font référence dans leur métier et pas parce qu’il passe à la télé.

Faire une immersion

L’idée que l’on se fait de quelque chose est souvent loin de la réalité. Tout métier a ses bons et ses mauvais côtés. Mieux vaut s’y préparer et savoir si c’est vraiment ce que l’on a envie de faire.

Avoir un enfant

Oui, c’est possible et c’est jouable même avec des hormones qui se font un peu la malle. Et non, vous ne serez pas des vieux parents à la sortie de l’école et quand bien même vous fêterez vos 60 ans et lui ses 20 ans, ce n’est pas l’âge qui compte, c’est l’amour.

Que vous n’ayez pas d’enfant ou qu’ils soient déjà grands, la venue d’un bébé, c’est une extraordinaire aventure qui demande tout de même une certaine réorganisation pour toute la famille.

Une grossesse à 40 ans, ce n’est pas pareil qu’à 20 ans. La faute sans doute à l’horloge biologique qui ne sait pas mise sur l’heure des femmes du 21e qui préfèrent attendre pour sauter le pas de la maternité. Il se peut que votre envie d’enfant ne puisse pas se concrétiser, il faut quand même s’y préparer.

Ensuite, profiter pour dévaliser les magasins (enfin pas trop, on peut rester minimaliste même avec un bébé), vous faire chouchouter en attendant que votre chérubin pointe le bout de son nez. Et en prime, on dira de vous que vous êtes une « JEUNE » maman malgré vos 40 ans. Les enfants sont une vraie cure de jeunesse ;).

Partir à l’aventure

Devenir nomade, faire le tour du pays à vélo, acheter une Tiny House, vous engagez dans l’humanitaire ou simplement vous installer dans une nouvelle région. Si l’envie de changer d’environnement vous titille, il est temps de vous jeter à l’eau.

Je n’en ai pas parlé pour le changement de carrière professionnelle, mais si vous êtes frileux et que vous ne voulez pas vous lancer sans filet vous pouvez demander une année sabbatique. Et ce temps peut être aussi consacré à un voyage au soleil en couple ou en famille.

Apprendre de nouvelles compétences ou reprendre ses études

Vous avez toujours eu envie d’apprendre le violon, le polonais, l’ébénisterie. Vous voulez développer vos talents de peintre, de chanteur, d’artiste de cirque. Il n’est PAS TROP TARD (oui, je sais, je parle fort, mais c’est parce que je déteste entendre cette excuse).

Vous voulez passer votre bac, un master en histoire de l’horlogerie du 15e siècle ou vous préparer à un semi-marathon. Vous TROUVEREZ LE TEMPS dans votre planning surchargé (encore une excuse bidon, éteignez la télé et allez acheter des baskets).

Vous rencontrerez des pessimistes qui vous diront « à quoi bon », « et si », « c’est trop tard ».

  • Gardez le cap.
  • Ne vous laissez pas intimider.

Je n’ai pas dit que c’était facile. Reprendre des études, s’installer à l’étranger, changer de carrière, avoir un bébé demande de l’énergie, de la persévérance et du temps. Il va falloir composer avec votre vie professionnelle et votre vie familiale.

Mais si l’appel du changement est plus fort, écoutez-vous parce qu’à 40 ans tout est possible.

6 commentaires sur “Besoin de changement : À 40 ans tout est encore possible

Ajouter un commentaire

  1. Effectivement 40 ans c’est l’âge de l’accomplissement.
    A 40 ans j’ai pris une année sabbatique pour réfléchir en élevant des lapins . J’étais infirmière hospitalière en brun out .
    Cette année m’a permis de comprendre qu’il serait dommage de gaspiller mes compétences . je suis retournée à l’hopital et j’ai passer le concours d’entrée a l’école des cadres de santé.
    Je ne l’ai pas regretté

    J'aime

  2. Je vais avoir 50 ans cet été et je n’ai jamais connu la crise de la quarantaine, car j’ai toujours bougé et fait ce que je voulais toute ma vie avec peu de moyens, même avec une paye merdique. Etre célibataire sans enfant, ça aide pour faire des choses !

    J'aime

  3. Bonjour, j’ai 25 ans, je connais les difficultés professionnelles qu’incarnent la plupart des jeunes diplômés sans expérience. J’ai compris que très récemment qu’il était indispensable de se créer un projet solide et durable pour rouler sa bosse et croire en soi et en ses capacités à rebondir dans la vie.

    J’aime beaucoup vous lire, votre plume est libre, fluide et franche, vous parvenez à mettre par écrit vos émotions et expériences, ce qui donne envie au lecteur jeune et encore pas sage comme vous dites, d’apprendre de ceux qui sont passé par là où j’en suis.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire. J espère que mon fils aura la même réflexion que vous à 25 ans. (Je parle comme une vieille là, non ? 😉). Je ne peux que vous encourager à continuer à croire en vous et en vos projets.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :