Comment ma fainéantise m’a conduit vers le désencombrement

Ah! Le dimanche en mode larve sur le canapé, lovée dans ma couette, les cheveux hirsutes accompagnant mon pyjama en « tout doux ». Les « Qu’est-ce qu’on mange à midi ? » se transformant en un « SUPER !  » à la réponse ultime de la maman en mode lâcher prise « Ce qui vous fait plaisir du moment que je ne cuisine pas ».

Et moi, un œil sur le troisième épisode en replay de la série du moment et l’autre sur mon aîné préparant à sa sœur un sandwich jambon fromage ketchup mayo qu’elle mangera accompagné d’un grand bol de cacao.

Le lâcher prise devrait être remboursé par la sécurité sociale. Un moment où l’on arrête d’être une super maman, une super compagne, une super femme, une super travailleuse, une super bombe sexuelle, une super amie pour devenir une super paresseuse.

C’est aussi parce que je préfère mille fois les moments où je fais des activités qui me font plaisir avec les gens que j’aime que je suis devenue minimaliste bien avant que le concept ne soit à la mode.

Le minimalisme c’est vivre mieux avec moins. C’est avoir plus de temps, plus de place dans sa maison mais dans sa tête aussi

Cela a commencé grâce à ma bête noire, le truc que je déteste faire le plus au monde : LE MENAGE.

Entendons-nous bien je déteste le ménage mais je déteste vivre dans le bordel aussi.

Alors une seule solution s’offrait à moi : le désencombrement. J’ai pris mon courage à deux mains et viré tous les objets inutiles. J’ai été aidé par un déménagement. Je n’ai gardé à porter de main que les objets utiles à notre vie quotidienne et les vêtements que je préférais. Dans la nouvelle maison, je n’ai rangé dans les placards que ce qui me semblait indispensable et laissé les autres cartons au garage. 3 mois plus tard, tous les cartons non ouverts ont pris la direction de vide-greniers ou d’associations.

J’ai dit adieu à deux cartons d’objets décoratifs, un carton de chaussures, deux cartons de fringues, un gaufrier, un pouf, un balai vapeur, une sorbetière, des casseroles et des poêles, un carton d’assiette et de verre, des tasses à café avec les sous-tasses toujours emballées, un carton de luminaires et ampoules en tous genres, un énorme carton de bouquin.

Réflexion pour plus tard : Quelles sont nos relations avec les objets ? Qu’est ce qui nous pousse à vouloir acquérir toujours plus de biens matériels?

Mon conjoint et mes enfants ont aussi fait le tri dans leurs affaires. Nous avons fait plusieurs vide-greniers et nous avons donné le reste. Et avec l’argent récolté nous nous sommes fait plaisir avec une journée au parc d’attractions.

Moins d’objets à ranger, à nettoyer ou à trier c’est moins de ménage et plus de moments à faire des activités que l’on aime

Dans la nouvelle maison, nous avons poussé l’idée jusqu’au mobilier. Comme pour les objets, nous avons viré les meubles qui nous étaient inutiles, pas de buffet, pas de desserte, par de meuble télé, pas de fauteuils où personne ne s’assoit jamais. Nous avons de grands placards muraux où chaque objet retrouve sa place après utilisation. Nous ne passons pas plus de 5 minutes par jour à combattre la poussière. Un coup d’éponge sur la table, un coup de chiffon sur la télé et le tour est joué.

J’ai de la chance je déteste le shopping donc je n’ai pas de tentation d’acheter des vêtements que je ne mettrai peut-être jamais. C’est plus compliqué pour mon conjoint qui est addict aux chaussures mais il se soigne malgré quelques rechutes. Pour moi, le choix est devenu simple et rapide, une vraie délivrance. Je n’ai plus le sentiment de n’avoir rien à me mettre en regardant mes étagères pleines à craquer. J’achète moins mais des produits de meilleure qualité et qui me font vraiment plaisir.
Gain de temps supplémentaire : tout vêtement qui doit se repasser ne passe pas la porte de mon placard. Je n’ai rien repassé depuis le siècle dernier.

Le minimalisme c’est aussi faire le tri dans sa façon d’être

Je ne m’encombre pas de réussite sociale. Je fais ce que j’aime, je m’engage dans des projets auxquels je crois.

Je ne m’encombre pas de savoir ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Ça me fatigue en fait. Je me sers de Facebook pour suivre quelques groupes auxquels je m’intéresse et de Pinterest parce que je trouve plaisant de pouvoir enregistrer mes recherches pour les retrouver quand j’en ai besoin.

Je ne m’encombre pas de relations avec des personnes qui ne me correspondent pas et à qui je n’apporte rien non plus.

Je ne m’encombre pas de savoir si je suis une super maman, une super compagne, une super femme, une super travailleuse, une super bombe sexuelle, une super amie. Je suis moi avec tout ce qu’il y a de bon, de mauvais et ce qu’il y a à améliorer.

Avoir plus rend-t-il heureux?

Notre société de consommation nous oblige à croire qu’il faut avoir plus, plus d’argent, une maison plus grande, une voiture plus high tech, une position sociale plus importante. Mais au lieu de cela si nous prenions le temps d’être, d’être en famille ou entre amis, d’être plus créatif, d’être plus sur de soi, d’être plus en harmonie avec nos envies, nos besoins, nos rêves.

Et si le bonheur c’était simplement d’AVOIR le temps d’ETRE heureux.

le tableau s’intitule « le repos » de Pablo Picasso

11 commentaires sur “Comment ma fainéantise m’a conduit vers le désencombrement

Ajouter un commentaire

  1. et bien merci le Huff pour m’avoir fait découvrir cet article et ton blog ! Je ne peux qu’adhérer à ta philosophie et je crois que j’en prend le chemin (ménage relationnel fait, repassage abandonné et déménagement fait, il me reste à faire le tri mais déjà une dizaine de cartons non ouverts depuis 6 mois – leur contenu nous manque énormément donc ^^ –
    bref merci pour cet article rafraîchissant et pointant les vraies priorités 🙂

    J'aime

    1. Garde le cap. Il nous a fallu faire plusieurs tri avant de nous apercevoir que nous gardions certains objets « au cas où ». Aujourd’hui je me bats avec les jouets de ma fille. Nous avons mis en place un roulement. Si un jouet rentre dans le coffre un ancien doit sortir. J ai le même principe pour les vêtements. Et ça fonctionne plutôt bien. Ce qui est important c est de réfléchir pourquoi on garde tel objet mais surtout de ne pas se prendre la tête. 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Ahahah tes mots me parlent… Mais je n’ai pas encore réussi à être une vraie minimaliste… J’y travaille… Et j’espère y arriver… Pour moins de bazar à la maison… 😁😁😁

    J'aime

  3. Je fais pareil que toi depuis que j’ai eu mon premier logement en 1989. Comme j’ai déménagé plein de fois depuis, j’ai pu faire du tri… et plus je déménage, moins j’ai de choses à transporter. La dernière fois que j’ai changé de logement, il m’a fallu une camionnette de 12m3 et trois heures pour tout faire, avec l’aide de quatre personnes (c’était en août 2017). J’aime bien avoir mes jours de glandage et cela fait des années que je n’ai plus repassé également !

    J'aime

  4. J’aime beaucoup découvrir le cheminement des gens, la raison qui leur font se lancer dans le désencombrement et le minimalisme…
    Moi-même en plein dans la lancée, je lis un peu tout ce que je trouve sur le sujet, ce qui commence assez mal car je ne suis pas très à l’aise avec les blogs pratiques (je préfère les blogs de réflexions et de philosophie, comme ici) donc je me lance sur les livres que je ne trouve pas à la bibliothèque, alors j’achète…
    Mais les livres, c’est ma « bête noire » tout comme ma passion… Je pense que c’est quelque chose que je n’arriverai jamais à désencombrer de façon digne du nom… Au lieu de ne garder que 10 livres, je me sépare de 20… J’en garde plus de 400… Et ouais… Mais si je reprends l’idée de nombreuses personnes, je garde ce qui me rend heureuse et à chaque fois que je tiens un de mes livres dans mes mains, il me fait le même effet que quand je l’ai acheté, je voulais en connaître le contenu, je voulais tourner les pages, l’avoir dans ma bibliothèque, sous la main, pour le feuilleter dès que j’en aurais envie ou besoin (pour ce qui est des livres pratiques, je me sépare bien plus facilement des romans que je peine a relire).
    Dans tous les cas, je m’amuse de découvrir encore une fois une personne qui se lance dans un cheminement de vie plus saine, plus légère, en adéquation avec son soi intérieur et ce genre avec un point de départ qui était « la flemme » (pour caricaturer)…
    Pour certaines (car souvent des femmes) c’est une histoire d’écologie, de santé, un retour aux sources… Et aussi, une simple question de ménage, qu’on a bien le droit d’occuper autrement sa vie qu’en passant le chiffon à poussière sur chaque bibelot qu’on conserve avec tant d’attachement alors qu’on ne le regarde jamais plus…
    Je suis loin d’être dans un cadre minimaliste, il faut dire que mon mari ne suit pas vraiment. Bien qu’il me laisse relativement carte blanche, je ne me vois pas trier ses affaires et tout jeter (car c’est généralement ce que j’ai envie de faire au fond de moi…). Sans parler de ma fille en bas âge qui a encore beaucoup besoin de moi et qui ne me laisse que peu de répit pour faire mon tri… J’espère trouver des personnes pour qui tout ce qu’on débarrasse sera utile car débarrasser oui, mais jeter ce qui est encore parfaitement utilisable, je trouve vraiment dommage, même si ce serait effectivement plus radical…
    En tout cas, merci pour ce partage plein d’humour et de sagesse, très agréable !

    J'aime

    1. Pour les livres, j ai trouvé deux solutions : j’emprunte à la bibliothèque et j ai acheté une liseuse. Mais j’avoue j ‘en achète quelques uns au format papier aussi. Dur de faire des choix quand on aime, on ne compte pas 😉

      J'aime

      1. J’ai tenté la liseuse, et tout ce qui est « livre pratique », c’est infernal à consulter, je trouve. Feuilleter sur une liseuse, se laisser porter par l’intuition, c’est impossible pour moi.
        Et à la bibliothèque, je n’ai encore jamais trouvé ce que je cherchais, c’est dire ^^’

        J'aime

      2. Lors du désencombrement de livres , je les ai donnés à la bibliothèque de mon village
        1, ils ne m’encombrent plus
        2, je peux les relire si ça me chante
        3, ils sont a la disposition de tous

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :